Le Top 5 des femmes dans les hautes technologies selon Forbes

Dans le monde des hautes technologies, il semble que plus la hiérarchie managériale est élevée, plus elle est dominée par les hommes. En réalité, une étude a montré que dans les entreprises de la Silicon Valley, les femmes occupaient seulement 11% des postes de direction en 2014 (Fenwick, 2014). Malgré cela, il en existe un certain nombre qui ont défié toutes les chances de briser le plafond de verre et ouvert de nouvelles perspectives de leadership à ces entreprises. DiscovHER vous présente le top 5 des femmes leaders dans le secteur des hautes technologies selon Forbes.

Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook

Sheryl Sandberg est la femme dirigeante la plus connue et un modèle dans la Silicon Valley. Après avoir passé 6 ans en tant que vice-présidente de Google, elle a rejoint Facebook comme directrice des opérations en 2008, un poste qu’elle occupe encore actuellement. En plus de son succès professionnel et consciente de sa position privilégiée, Mme Sandberg s’est engagée à titre personnel à encadrer activement les femmes dans ce secteur et au-delà, grâce à son organisation à but non lucratif, Lean In. Nommée d’après son best-seller révolutionnaire, l’organisation a été fondée pour encourager la responsabilisation des femmes, ce qu’elle préconise vivement. Il ne lui suffit pas de briser le plafond de verre, elle veut s’assurer d’entraîner d’autres femmes dans son sillage 


Susan Wojcicki, PDG de YouTube

Susan Wojcicki a débuté sa carrière chez Google où elle a été engagée en 1999 pour diriger les activités de marketing et de commerce alors que le géant de la haute technologie était encore une jeune start-up. En 2006, elle a recommandé l’acquisition par Google de YouTube, à l’époque une start-up qui rivalisait brillamment avec Google Vidéo, un service de Google qu’elle supervisait. Elle en est devenue par la suite sa directrice générale en 2014. Au moment de son acquisition, Google a payé 1,65 milliard de dollars. La plate-forme en vaut aujourd’hui 90 milliards ! L'ironie est que Susan n'avait jamais prévu de travailler dans les hautes technologies. Diplômée d’Harvard en histoire et en littérature, elle a pris son premier cours d'informatique lors de sa dernière année d’université, prouvant qu'il n'est jamais trop tard pour intégrer les hautes technologies !


Meg Whitman, PDG de Hewlett-Packard

Meg Whitman est une vétéran des postes de cadre dans le secteur des hautes technologiques. Avant de rejoindre Hewlett-Packard, elle a été PDG de eBay, où elle est surtout connue pour avoir permis à la plate-forme de e-commerce de passer de 5,7 millions à 8 millions de dollars de ventes au cours de son mandat de 10 ans, entre 1998 et 2008.


Ginni Rometty, PDG de IBM

Ingénieure en informatique et ingénieure électricien de formation, Ginni Rometty travaillait chez IBM depuis 20 ans avant d'être nommée présidente-directrice générale en 2011, puis présidente de l'entreprise en 2012, devenant ainsi la première femme à accéder à l'un de ces postes au sein de la compagnie. Elle est reconnue comme celle qui a fait basculer l’entreprise dans les solutions d'analyse et le cloud computing, à l’origine de la stratégie de croissance d'IBM. Elle est considérée comme une figure influente, et est apparue dans les listes « des personnalités les plus influentes / puissantes » diffusées dans des médias comme Bloomberg et Fortune.


Angela Ahrendts, vice-présidente senior d’Apple U.S

Angela Ahrendts a effectué un changement radical de carrière, qui l'a finalement conduite à apparaître dans cette liste. Dirigeante dans le secteur de la mode depuis de nombreuses années, Mme Ahrendts a quitté son poste de PDG chez Burberry, qu’elle avait occupé pendant 8 ans, pour devenir vice-présidente senior des ventes chez Apple Inc. en 2014. Bien que les secteurs soient différents, les fonctions qu'elle a endossées ne l’étaient pas, et il n'y avait aucune raison de croire qu'elle ne réussirait pas chez Apple comme cela avait été le cas chez Burberry. Elle a remis sur pied l’entreprise qui avait connu une phase de déclin. Elle est également connue pour être la femme dirigeante la mieux payée des États-Unis et a gagné 82,6 millions de dollars en 2014.


Souhaitez-vous compléter cette liste ? Suggérez-nous d’autres portraits de femmes dirigeantes dans le secteur des hautes technologies sur @femmesetscience

L’Oréal–UNESCO
Pour les Femmes et la Science

Avant de télécharger

Je confirme / nous confirmons que l'utilisation des matières fournies sur ce site est strictement à des fins rédactionnelles.

Je / nous comprenons et confirmons que toute utilisation, reproduction ou représentation du contenu fourni sur le site (en tout ou en partie) ou des éléments qui le composent, n'est pas autorisée à des fins commerciales et les violations de ces termes entraîneront de strictes poursuites judiciaires de par les lois applicables et les règlements.

Je / nous comprenons et confirmons que le droit d'utiliser le contenu est non-exclusif, et non transférable.

Je / nous confirmons que toutes les informations / déclarations / certificat dans cette base sont fournies sans aucune garantie, expresse ou implicite, quant à leur effet, l'exhaustivité et les effets juridiques de toute transaction en vertu de processus ne peut pas être complètement reflétée.

Je / nous confirmons que toutes les informations / déclarations / certificat doivent être utilisés conformément aux lois applicables. L'utilisation de l'information / déclarations / certificat doivent être à ma / notre propre risque et L'OREAL ne sera pas responsable pour le même.

Je / nous ne confirmons que par l'utilisation de ce site, je / nous avons accepté les présentes Conditions d'Utilisation, sans réserve.

J'accepte les conditions d'utilisation

Download

Annuler